Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/03/2011

La République démocratique du Congo (RDC) est le 11ème pays le plus touché par la tuberculose au monde et le 4ème en Afrique

La République démocratique du Congo (RDC) est le 11ème pays le plus touché par la tuberculose au monde et le 4ème en Afrique

KINSHASA, 24 mars (Xinhua) -- La République démocratique du Congo (RDC) est le 11ème pays le plus touché par la tuberculose au monde et le 4ème en Afrique, venant après l'Afrique du Sud, le Nigeria et l'Ethiopie, a déclaré jeudi le ministre de la Santé publique de la RDC, le Dr. Victor Makwenge Kaput, à l'occasion de la commémoration de la Journée mondiale de la tuberculose.

Le Dr. Victor Makwenge, qui s'est référé aux statistiques de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a fait savoir que la RDC porte 80% de la charge de la tuberculose, ajoutant qu'il y a tous les ans de nouveaux cas de tuberculose.

Le ministre Makwenge s'est par ailleurs, félicité de la stabilisation du nombre des cas signalés en général ces dernières années tout en interpellant les animateurs du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT) à continuer à renforcer la lutte contre cette maladie.

Néanmoins, a affirmé M. Makwenge, le gouvernement de la RDC demeure déterminé à combattre la tuberculose conformément au plan national de développement sanitaire, de manière à contribuer à atteindre l'objectif fixé dans le plan mondial "Halte à la tuberculose 2006-0215" de l'OMS.

Avec comme thème en 2011 : "En route contre la tuberculose, transformons la lutte pour avoir un Congo sans tuberculose", le ministre Makwenge a émis le vœu de voir cette année la population s'impliquer totalement dans la lutte pour combattre la tuberculose en RDC.

 

Le conseil des droits de l’homme insiste sur la nécessité de lutter contre l’impunité

 

Kinshasa 30 mars xinhua - - la république démocratique du Congo traverse une situation de crise  sur les droits de l’homme dans la parie Est du pays, ce qui justifie la visite d’une délégation de haut commissariat aux droits de l’homme (HCDH) à Kinshasa du 28 au 31 mars 2011  a indiqué Madnodje mounoubai  porte parole de la mission de l’organisation des nations unies en république démocratique du Congo.

 

Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de ce mercredi Madnodje mounoubaia informé à la presse la première mission  de hauts représentant du HCDH, après la publication du rapport qui  fait état des violations les plus graves de droits de l’homme  et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003en RDC.

 

La mission du HCDH est dirigée par le directeur du conseil des droits de l’homme et de la division des procédures spéciales, Bacre Ndiaye.

 

Le conseil des droits de l’homme a adopté une résolution le 25 mars à la clôture de sa  16ème session une résolution des droits de l’homme en  république démocratique du Congo et le renforcement  de la coopération technique et des services consultatifs.

 

En octobre 2010 le ministre de l’information et porte parole du gouvernement Lambert Mende vient de confirmer ce que les Congolais patriotes savaient depuis que la patrie est occupée. Kinshasa s'alligne derrière Kigali et rejette le rapport du HCDH sur les violations des droits de l'Homme en RDC.

 

Le HCDH invite le gouvernement de la RDC ratifier les instruments des droits de l’homme conformément aux principes de Paris, et à mettre en place des programmes d’éducation sur les droits de l’homme.

 

 

15:34 Écrit par vanove | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin bushiri | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/03/2011

Dossier vide contre Philippe Undji

Dossier vide contre Philippe Undji

 

Kinshasa 15 mars 2011 M2M- - Philippe undji  ministre du développement rural  révoqué par le président de la république démocratique du Congo, vient d’être auditionner ce mardi 15 mars par le procureur général de la république.

 

Révoqué le 10 mars 2011 par le président de la république démocratique du Congo pour cause non révélée à l’opinion  nationale qu’internationale,le ministre du développement rural  se sent bien assis,souriant,confiant  et sur de lui-même ,après avoir été reçu par  le procureur général de la république.

 

« Je suis libre et comme vous le voyez il y a aucun policier dernier moi, laissez à la justice de faire son travail » a déclaré   Philippe undji à la presse à l’issue de l’entretient avec procureur général de la république.

 

Toujours à la même minute le ministre révoqué parlait au téléphone dans une (swahili) « hakuna kitu dossier iko vide bana nituma  niende  ku CNS » qui signifie, le dossier est vide on me demande d’aller au conseil national de sécurité.

 

La question que l’on se pose est-il un règlement de compte ?a-t-il détourné ?

 

STEV E WEMBI

 

13:26 Écrit par vanove | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vanove | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/03/2011

Joseph Kabila et Mwai Kibaki du Kenya entendent contrer le commerce illicite des minerais de la RDC

 Joseph Kabila et Mwai Kibaki du Kenya entendent contrer le commerce illicite des minerais de la RDC

 

 

 

Kinshasa, RDC 4 Fev 2011 M2M - - La découverte d’une tonne et demie d’or d’une valeur de 100 millions de dollars Us et l’élimination physique le week-end dernier du fonctionnaire Kenyan chargé de l’enquête constituent la cause principale de la création d’une commission conjointe d’enquête RDC-Kenya.

 

 

Le président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange, et son homologue du Kenya, Mwai Kibaki, se sont mis d’accord jeudi à Nairobi pour créer une commission conjointe en vue d’enquêter sur le commerce illicite des ressources naturelles, notamment l’or en provenance de la RDC.
 
Selon BBC captée vendredi à Kinshasa, les démarches des autorités congolaises et kenyanes entrent dans le cadre d’un programme mis en place pour combattre les réseaux de contrebandes qui opèrent entre les deux pays et qui exportent illégalement les matières précieuses de la RDC vers le Moyen-Orient  et l’Europe.


La même source précise que c’est la découverte d’une tonne et demie d’or d’une valeur de 100 millions de dollars américains qui a motivée l’ouverture de cette enquête. Mais le week-end dernier, indique-t-on, l’enquêteur principal, un fonctionnaire Kenyan  a même été abattu devant son domicile.
            
Cette rencontre, qui a débutée par un tête- à- tête entre les deux Chefs d’Etat dont les pays sont membres  de la Conférence internationale de la région des grands lacs,  s’est par la suite élargie au niveau de ministres et d’experts des deux pays.
 
Il sied de souligner, par ailleurs, que plusieurs tentatives de fraude minière ont été récemment déjouées par la sécurité congolaise notamment par la saisie de 7 colis d’or et plusieurs millions de dollars le 7 février denier à Goma dans un avion immatriculé aux USA et les 30 colis de cassitérite trouvés à coté d’une école secondaire à Bukavu, précisément l’institut d’Banda situé au bord du Lac Kivu en face de la préfecture rwandaise de Cyangugu.

Notons qu’en dehors de l’or de l’Est de la RDC, les trafiquants sont hantés par le coltan et l’étain utilisés dans les produits électroniques notamment les ordinateurs et les téléphones cellulaires.
 
Le président Joseph Kabila avait décidé de la suspension de l’exploitation des minerais à l’Est de la RDC pour couper les liens entre les conflits et les matières premières. Cette mesure sera rapportée d’ici le 10 mars 2011. Cependant le chef de l’Etat congolais a lancé dernièrement un ultimatum de six mois  aux acteurs du secteur minier au terme duquel, il sera procédé à l’évaluation des performances réalisées dans les deux Kivu et le Maniema.
 
Cette évaluation portera notamment sur les recettes réalisées, la traçabilité, la certification et le développement socio-économique des collectivités locales.
 
En décembre de l’année dernière, le Président Joseph Kabila avait séjourné  à Lusaka, en Zambie, où il avait pris part aux cotés de ses pairs des Etat de la région des Grands lacs au sommet spécial sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles de la région.

Au cours de ce sommet qui avait été convoqué et présidé par le président Rupiah Banda de la Zambie et président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs(CIRGL), le Président Joseph Kabila avait réaffirmé toute sa détermination à œuvrer pour la paix et le progrès avec tous les pays membres de la CIRGL et à mener une lutte sans merci contre l’exploitation illégale des ressources naturelles dans la région des Grands lacs.
 

vanove/m2m

 

 

13:45 Écrit par vanove | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vanove | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook