Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/03/2011

RDC NEWS

lla R D Congo sous haute tension après tentative de coup d’Etat Afficher l'image en taille réelleel

onlres d'opposants.
Se
l

Une centaine d'hommes armés de machettes et de lance-roquettes ont attaqué dimanche à Kinshasa la résidence du président congolais Joseph Kabila et le camp militaire de Kokolo de l'armée. Kabila était absent de son domicile et les hommes ont été maîtrisés par les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Bilan : 7 morts et une trentaine d'arrestations. A 9 mois des élections présidentielles, l'ONU craint un durcissement du régime Kabila et des arrestations arbitraires d'opposants

 

Selon les autorités congolaise, "dix assaillants ont été tués au total par la Garde républicaine (ex-garde présidentielle) et une trentaine ont été arrêtés, dont des ex-militaires de la garde rapprochée de l'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba. Une accusation lourde de conséquence à 9 mois des élections présidentielles. Une enquête a été ouverte. La Monusco, les casques bleus en RDC,  et l'opposition craignent des arrestations arbitraires d'opposants.

Pourtant, l'attaque de la résidence de Joseph Kabila, le président de la RD Congo, transpire l'amateurisme. Selon les Nations-Unies, les assaillants auraient traversé le fleuve Congo en provenance de Brazzaville et moins de 24 heures après l’attaque  évoquerait la découverte d’une cache d’armes dans la cale d’un bateau amarré au port de Kinshasa.

Cette attaque intervient en pleine campagne présidentielle. Des élections générales sont en effet prévues en novembre 2011, les deuxièmes depuis la fin officielle de la guerre civile (1998-2003).

Le 15 janvier une proposition de Joseph Kabila de réduire l'élection présidentielle à un seul tour, a été adoptée par le parlement de République démocratique du Congo (RDC). Cette révision constitutionnelle qui supprime la possibilité d'organiser un second tour entre les deux candidats venus en tête au premier tour si aucun des deux n'a recueilli la majorité absolue. Le vainqueur pourra alors être élu avec moins de 50% des suffrages, ce qui devrait renforcer les chances de Kabila face à une opposition divisée.

Une question doit être rapidement éclaircie pour que la RDC ne retombe pas dans un conflit ouvert : quelle est l'identité des assaillants ? Simples "aventuriers" ? Une opposition qui n'a plus rien à perdre ? Ou pire… un régime qui voit la réélection de son candidat compromise ?

 

AK/M2M

 

RDC : Kadhafi vient parasiter le procès Bemba

Pas de répit pour Jean-Pierre Bemba. Les événements en Libye viennent s'inviter au procès de l'ancien vice-président de République démocratique du Congo (RDC). Le journal belge Le Soir évoque la possible présence de soldats du MLC de Bemba sur le sol libyen pour prêter main-forte au dictateur Kadhafi. Une rumeur qui tombe mal pour l'opposant congolais qui dément l'information

Dans  l'article du Soir, la journaliste Colette Braeckman soupçonne les militaires de Jean-Pierre Bemba d'avoir repris du service pour le compte d'un Kadhafi aux abois. Et d'expliquer les liens qu'il existe entre Bemba et le dictateur libyen. Lorsqu'en 2002, le centrafricain Ange Félix Patassé fait appel aux troupes du MLC pour repousser les attaques militaires de François Bozizé, c'est Kadhafi qui aurait, selon Le Soir, réglé la facture ! Même si aucune  information n'est venue confirmer la présence des soldats du MLC en Libye, sa simple évocation donne des arguments de poids au procureur de la CPI. Le procureur refuse la mise en liberté provisoire de Jean-Pierre Bemba car celui-ci activerait toujours « des réseaux du mal ».

L'article du Soir vient donc apporter un argument supplémentaire au procureur Ocampo pour le maintien en prison de Jean-Pierre Bemba. De reports en atermoiements, le loin chemin de croix continue pour Jean-Pierre Bemba, détenu par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par ses troupes en République centrafricaine entre 2002 et 2003.

Christophe Rigaud/M2M


Maniema: les communautés de Kalima satisfaites de leur cohabitation pacifique

Les communautés de Kalima, à 101km de la ville de Kindu, vivent de nouveau ensemble. Cette cohabitation a été rendue possible grâce a un atelier organisé du 24 au 26 février par la coordination provinciale de la société civile du Maniema,avec l’appui financier de la Monusco/Kindu. Cet atelier a porté sur la consolidation de la paix et la cohabitation pacifique. Un conflit de respect de coutumes opposait les Nonda aux habitants de Kalima.

Les Nondas sont des commerçants qui partent vendre leurs biens à Kalima, un centre minier prospère. Les habitants de Kalima leur reprochaient de ne pas respecter les coutumes locales. Mécontents, les habitants de Kalima ont réagi violemment, provoquant même la mort d’hommes.

Le coordonnateur provincial de la société civile du Maniema, David Masudi Omari reconnaît le retour de la paix, mais il demande aux autorités d’intervenir pour faciliter le retour et la réintégration des déplacés qui ont fui Kalima pour Kindu à la suite des violences.

R.O/M2M

 

12:41 Écrit par vanove dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : steve wembi | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.