Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2010

les 50 ans de la RDC

Présentation du logo du cinquantenaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo

 

 

Kinshasa 21 janvier 2010 XINHUA - - le CGC (Comité du cinquantenaire du Congo) a présenté ce 20 janvier dernier, le logo du cinquantenaire de l’indépendance   de la République  Démocratique du Congo au salon Congo du Grand Hôtel de Kinshasa à 20h20 a constaté le correspondant de    l’agence XINHUA.   

Les rideaux sont tombés le mercredi 20 à Kinshasa, le CGC a présenté d’une manière officielle le logo du cinquantenaire de l’indépendance  de la RDC (République Démocratique du Congo), plusieurs personnalité de marque  du pays était présentes  à cette occasion.

 

Parmi les autorités de la RDC, le président de la chambre basse du parlement Evariste BOSHAB, la présidente de la fondation Mzee Laurent Kabila Jaynet Kabila, le vice premier ministre en charge de la reconstruction  Emile BONGELI, le ministre de l’enseignement primaire et secondaire Maker MWANGU et quelques membres du gouvernement.

 

Le logo du cinquantenaire de la RDC  est représenté par le chiffre cinquante coloré de couleurs rouge, jaune, et bleu qui sont sur le drapeau de la RDC, est une carte muette de la RDC  inclue dans le chiffre zéro du cinquante

 

Le logo que le jury a choisi est un logo de l’espoir pour nos enfants qui vont diriger ce pays, ce logo a été conçu et dessiner par Monsieur FAO KITSA, graphiste  publicitaire dessinateur de bande de dessinée auteur de plusieurs campagnes publicitaires ,des sites internet et de tableaux de peinture a déclarer l’ambassadeur MUTAMBA ancien ambassadeur de la RDC en Belgique   

 

Une enveloppée 18 millions de franc congolais soit 20.000 dollars américains   a été remis à Mr kitsa   par le président  de la chambre basse du parlement.

 

La RDC va totalisé cinquante années de son indépendance le 30 juin 2010 depuis sont indépendance le 30 juin 1960, un grand pays comme la RDC a été colonisée par le Royaume de Belgique, les congolais par leur anciens leader Patrice Emery Lumumba, Joseph kasavubu ont lutté pour que ce pays soit indépendant, à l’occasion de cette anniversaire de l'indépendance congolaise  le président Joseph Kabila a invité le roi Albert II le 30 juin à Kinshasa

            PAR STEVE WEMBI

M2M /RDC

XINHUA/RDC                                                 FIN

12:29 Écrit par vanove dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : v, n | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/01/2010

OBAMA 1 AN DEJA J KABILA 3 ANS

 

  

Mercredi 20 janvier: Le monde du web en un seul clic/OBAMA 1,RD CONGO 50, J KABILA 3

Rédaction en ligne

Mis en ligne le 20/01/2010

Retrouvez tous les jours vers 10h la 'revue du web'. Tout comme les revues de presse reprennent les sujets chauds abordés dans les rédactions du monde entier, nous vous proposons de découvrir les sujets qui font la Une sur les sites d'information de par le monde.

Obama est, ce mercredi, président depuis un an. Et pourtant, les sites d'informations américains ne semblent pas y accorder une grande importance. Le sfgate.com (sanfransiscochronicle.com) préfère traiter du nouveau sénateur du Massachussets. Scott Brown remplace Edward Kennedy, décédé il y a quelques mois. Un Républicain qui remplace un Démocrate, voilà qui met en péril la réforme de la Santé proposée par Obama. “La nomination du Sénateur étourdit les Démocrates” pour nytimes.com. “Les Républicains ont gagné un siège qui complique les réformes Obama “ assure elpais.com.”Coup dur pour Obama: les démocrates perdent la majorité“ assène rtlinfo.be. “Obama perd un siège crucial au Sénat” pour standaard.be. Une élection qui évince donc les premiers bilans à tirer de la Présidence Obama. “Obama n'est plus maître à Washington" conclut liberation.fr. Une occasion pour lefigaro.fr de revenir sur la relation entre leurs présidents respectifs: "Obama-Sarkozy : «Je t'aime, moi non plus»" Bref, le monde entier attend la réaction de Barack Obama face à ce nouveau coup dur.

elpais.com fait à nouveau sa Une sur l'aide d'urgence en Haïti qui, selon le site espagnol, devrait venir de la mer et non plus des forces aériennes. rtlinfo.be aussi: le site s'émeut des survivants retrouvés sous les décombres avec ce titre “Haïti: une septuagénaire, miraculée, sort des décombres en chantant“ tandis que lemonde.fr met en évidence une intervention du Président René Préval qui annonce: "L'Etat haïtien se relève". liberation.fr traite d'une information plus “légère”: Air France fait payer l'obésité. Et comme lemonde.fr, commence à se pencher sur les prochaines élections régionales en France :"Olivier Besancenot se lance dans les régionales en Ile-de-France". Côté cinéma, la vie héroïque de Serge Gainsbourg occupera certainement les français pendant quelques semaines. Ca commence déjà aujourd'hui sur lemonde.fr: "La vie imaginaire de Lucien Ginsburg devenu Serge Gainsbourg"

Du côté de la presse en ligne belge, les petites heures du matin restent consacrées aux performances de nos Belges engagés à l'Open d'Australie. Décalage horaire oblige, les directs commentés sont proposés aux alentours de 9 heures. “Clijsters et Wickmayer en 16e” se réjouit actu24.be. La polémique autour de l'”affaire Daerden” est encore au coeur de l'actualité: “Daerden sous pression: le gouvernement veut des réponses“ pour rtlinfo.be. Sur rtbf.be, le site revient sur l'anniversaire de l'indépendance congolaise et titre “Kabila a invité le roi Albert II le 30 juin à Kinshasa”.

 Steve wembi

12:20 Écrit par vanove dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : v, n | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/01/2010

BERNARD KOUCHNER A KINSHASA

À propos de la visite de Bernard Kouchner à Kinshasa 



Bernard Kouchner avec Joseph Kabila
En Afrique, les Français aiment bien les démocraties de pacotille et particulièrement, sous l’influence de B. Kouchner, celle qui trône sans partage au Rwanda. On peut s’interroger sur les raisons qui animent M. Kouchner, artisan principal de la réconciliation franco-rwandaise. Ce n’est sans doute pas la défense de la francophonie, le Rwanda de Kagamé vient de lui tourner le dos en adhérant au Commonwealth ; ce n’est pas non plus la défense d’intérêts économiques français dans la région des Grands Lacs, ils sont quasi-nuls. Ce n’est pas non plus pour que la France retrouve une influence politique dans la région, elle est disqualifiée depuis longtemps sans espoir de retour face à la puissance américaine dont elle est devenue une servante zélée : le retour de la France dans l’OTAN, sa participation à la guerre américaine en Afghanistan, sa dénonciation sans nuances du régime iranien, son soutien toujours plus évident à Israël conduisant à la négation du droit à l’existence des Palestiniens, en sont autant de témoignages. La diplomatie française ne soutient même pas ses propres agents en Israël, restant sans réaction contre les vexations que les autorités israéliennes leur font subir, jour après jour. Non, ce qui a conduit M. Kouchner dans sa quête de réconciliation avec le Rwanda est beaucoup plus personnel.


M. Kouchner s’est toujours montré proche de la minorité tutsi, dont on a pu écrire, sans crainte du ridicule, qu’elle était d’origine « nilotique » par opposition à la majorité hutu, qui serait bantoue : le « seigneur d’Orient » tutsi contre le nègre « banania » hutu. Ce sont des inepties, mais la vision des tutsi, dont la littérature coloniale a été jusqu’à soutenir qu’ils étaient des « juifs africains », en proie à la barbarie des bantous (les hutu), n’est pas pour rien dans la perception qu’à M. Kouchner du drame rwandais. Ce drame, il ne le voit qu’à travers le « génocide » qui frappa les tutsi en 1994 ; pas une seconde n’est évoqué le massacre perpétré, par l’armée rwandaise, en 1996/1997 de plus de 200 000 réfugiés hutu en fuite dans les forêts de l’Est de la RDC ; sur ce massacre, la lumière n’est pas encore faite aujourd’hui, et il n’est pas « politiquement correct » d’en parler. Tout comme les violences inouïes faites au Palestiniens, menacés jusque dans leur existence, ne pèsent rien tant Israël doit être soutenue en raison de la Shoah qui excuse tout, le génocide de 1994 dédouane le Rwanda aux mains du FPR de toute responsabilité dans l’instabilité du Kivu et dans les crimes commis contre sa population. Il n’est évidemment pas question de nier l’horreur de la Shoah ni celle du massacre à grande échelle de 1994 dont furent victimes les tutsi mais pourquoi tolérer que ces événements tragiques doivent exonérer des victimes qui se sont rendues elles-mêmes coupables de crimes affreux commis depuis de longues années, en Palestine et au Kivu ?

La réconciliation franco-rwandaise – même si, côté rwandais, elle n’est que de façade – ne doit pas se faire sur le dos de la RDC. Malgré les dénégations françaises, après divulgation du plan de paix pour le Kivu le 16 janvier 2009, énoncé par le président Sarkozy, précédé, en décembre 2008, de celui concocté par l’Américain Herman Cohen, nul ne peut douter que, dans l’esprit des Occidentaux, la balkanisation du Congo demeure un moyen de satisfaire leur convoitise des richesses du sol et du sous-sol du Kivu en s’appuyant sur le Rwanda, exigu et surpeuplé, sans ressources autre que l’agriculture, pays entrepôt des pillages du Congo qui contribue à leur transfert en Europe ou aux Etats-Unis et qui voit, dans le dépeçage de son grand voisin, la possibilité d’une extension territoriale à laquelle il n’a jamais renoncé. Que la France et les Etats-Unis, que l’ONU et tous ceux qui se piquent d’être des « amis » de la RDC fassent en sorte que l’Etat congolais puisse contrôler les mines du Kivu et leur exploitation, qu’il puisse, plus généralement, asseoir définitivement son autorité sur ses provinces de l’Est et enfin qu’il soit en capacité d’assurer une paix véritable au Kivu, alors on pourra considérer autrement le rapprochement français avec le Rwanda. La visite du ministre français des Affaires étrangères à Kinshasa, après avoir signifié à Kigali la « repentance » française aurait dû être l’occasion pour les autorités congolaises, issues, elles, d’élections libres et démocratiques, de le rappeler aux Français. Malheureusement, à la lecture des comptes-rendus de cette visite dans les médias, apparemment ceci n’a pas été fait. M. Kouchner a salué la paix retrouvée et la bonne entente existant aujourd’hui entre le Rwanda et la RDC dont le point d’orgue serait l’entrée au gouvernement congolais d’anciens rebelles du CNDP ; il a ensuite fait connaître la position de la France au sujet de la MONUC dont le retrait du Congo serait prématuré, invitant le président Kabila à se rendre en France et annonçant la visite en RDC, en février, d’investisseurs français. Les dirigeants congolais se sont montrés satisfaits des déclarations de M. Kouchner. On ne peut être que dubitatif devant leur inconsistance et leur manque de fermeté à l’égard de cette « communauté internationale » qui continue à placer le Congo sous tutelle. Comment envisager la relance d’une coopération régionale, au travers de la CEEAC, réclamée à cor et à cri par les Occidentaux, sans réelle souveraineté de l’’Etat congolais sur le Kivu ? Il est à craindre, dans ces conditions, de voir les Congolais dépossédés de l’affirmation de l’indépendance de leur pays - dont la célébration du cinquantenaire devrait être l’éclatante manifestation - comme ils ont été dépossédés depuis 1960 de la réalité de celle-ci. Leurs dirigeants, toutes époques confondues, sont coupables de cette dépossession.

L’inauguration récente à Kinshasa d’un monument à la mémoire de Joseph Kasa-Vubu est un témoignage de la méconnaissance, consciente ou non, de leur propre histoire par les Congolais, quand on sait le rôle joué par le premier président du Congo dans l’élimination de Patrice Lumumba et dans la gestion des intérêts occidentaux au Congo jusqu’à ce que, en 1965, Mobutu prenne le relais. En avril 2009, le président Kabila déclara, dans une belle interview donnée au New York Times, que « le Congo est un gentil géant », un beaucoup trop gentil géant devrait-on dire.

Steve wembi

m2m

xinhua

* [1]

12:17 Écrit par vanove | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : v, n | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook